“Notre vision est de devenir le Google Analytics des infrastructures, sans être intrusif.” Wiktor Bourée, fondateur et CEO de Technis

En partant d’un sol connecté et d’une intelligence artificielle embarquée, la société suisse Technis décrit en temps réel les événements qui se déroulent dans un environnement donné. Du sport à la santé, en passant par la gestion des installations ou la sécurité, le smart flooring as a service trace de manière efficace, mais ne fâche pas.

C’est au cours d’une partie de tennis avec un ami, en 2014, que l’idée centrale de Technis a jailli : un sol intelligent qui permettrait d’affirmer sans équivoque – même à deux mauvais perdants – que la ligne de terrain a bien été franchie.

Après plusieurs prix entrepreneuriaux gagnés en 2015 et un démarrage de Technis focalisé sur le marché du sport/tennis, c’est en 2017 que la start-up décide d’adapter sa technologie aux bâtiments: une fine couche de capteurs sous le sol associée à de l’intelligence artificielle (IA) permet la captation et l’interprétation en temps réel de big data liée aux déplacements d’individus dans les infrastructures. Pivot gagnant, puisque le sol connecté fait mouche dans plusieurs secteurs d’activité. A ce jour, plus de 200 bâtiments ou lieux dans 6 pays ont fait appel à un système de comptage via sols connectés développé par Technis. Cela représente plus de 20+ millions de contacts déjà comptées.

Son bachelor (EPFL) et un master (ETH) en chimie réussis, Wiktor Bourée a séjourné à Harvard pour y développer un filtre à eau à l’échelle industrielle. De retour en Europe, il commence un doctorat en chimie à l’EPFL tout en pratiquant le tennis à ses heures perdues. À 28 ans, il dirige une PME composée de 22 collaborateurs répartis dans ses bureaux en Suisse et en France.

Retrouvez les questions de l’interview ainsi que tous les podcasts d’Odiolab sur Anchor.fm/Odiolab